Vive le pissenlit !


Le pissenlit, la plante du printemps !Descriptif :

Tout le monde connaît cette plante très répandue dans nos campagnes et même dans nos villes. Elle est reconnaissable par ses feuilles fortement dentées d’où son nom : Taraxacum Dens-leonis (Dent de lion), ses capitules de fleurs jaunes, sa tige creuse qui contient un latex blanc et ses petites graines surmontées de fines aigrettes que l’on adore dissiper en soufflant dessus. (Réf 1)

 

Principaux composants :

La plante entière contient des composés amers (des lactones sesquiterpéniques).

Les feuilles possèdent des caroténoïdes, du calcium (473 mg pour 100gr), du potassium (590 mg/100 gr) et de la provitamine A (14000UI /100gr).

La racine est riche en inuline, fructose et potassium. (Réf 2 )

 

Propriétés thérapeutiques :

Les feuilles de pissenlit ont des propriétés diurétiques qui sont connus depuis longtemps. Elles permettent d’éliminer les toxines d’origine infectieuse ou apportées par l’alimentation et l’environnement. Le pissenlit peut être aussi utilisé comme thérapie de drainage en cas de dermatoses (acné, eczéma).

Grâce à ses composés amers, il augmente l’appétit en stimulant les sécrétions gastriques et agit notamment au niveau de la vésicule biliaire.

Il augmente la quantité de bile formée, on dit qu’il est cholérétique : une décoction de feuille fraîches double le volume de bile excrétée et une décoction de racines fraîches le multiplie par quatre ! (Réf 3)

Il augmente aussi la contractibilité de la vésicule biliaire, on dit qu’il est cholagogue. Le foie est alors décongestionné et peut mieux jouer son rôle anti-toxique. Le pissenlit est donc utilisé dans les insuffisances hépato-biliaires, les crises hépatiques douloureuses et les ictères.(Réf 3)

Mais attention, il est contre-indiqué pour les personnes qui ont des calculs biliaires.

 

Usage traditionnel :

Les feuilles peuvent être utilisées en salade, le plus souvent au printemps. Si vous n’aimez pas son amertume, vous pouvez assaisonner la salade une demi-heure avant de la déguster ou cueillir les jeunes pousses de feuilles qui sont moins amer. (Réf 1)

Les feuilles peuvent aussi être utilisées en infusion à raison de 10 gr dans 500 ml d’eau et à laisser infuser pendant 15 minutes. On peut boire alors 250 à 500 ml de cette infusion par jour. (Réf 4)

Les racines sont également employé en décoction : faire bouillir 25 gr de racine dans un litre d’eau pendant 5 minutes puis laisser infuser pendant 10 minutes. Vous pouvez alors consommer une tasse de cette décoction 3 fois par jour avant les repas. (Réf 3)

N.B : les boutons floraux peuvent être cuits à la vapeur et ils possèdent alors un goût de choux de Bruxelles !   (Réf 1)

 

Petit protocole « détox«  :

Feuilles de pissenlit 10 gr

Feuilles de frêne 20 gr

Feuilles de saponaire 20 gr

Prendre une cuillère à soupe de ce mélange 3 fois par jour en infusion (laisser infuser 10 minutes) avant les repas pendant 3 semaines. (Réf 5)

 

 

 

Réf 1 : « Plantes sauvages médicinales », Rudi Beiser, édition Ulmer, 2013

Réf 2 : « Guide nutritionnel des plantes sauvages et cultivés », François Couplan, édition Delachaux et Niestlé, 2011

Réf 3 : « Le petit Larousse des plantes qui guérissent », Gérard Debuigne et François Couplan, 2014

Réf 4 : « Le conseil en phytothérapie », Chantal Ollier, édition le Moniteur des pharmacies, 2011

Réf 5 : « Secrets de plantes pour se soigner naturellement », Michel Pierre et Michel Lis, 2014